• "Ce qui est vécu"

     

    Quand la perception, l'attention, se déplace de "quelqu'un qui vit quelque chose" à "ce qui est vécu", il n'y a plus de non à ce qui est, et il n'y a plus de manque de ce qui n'est pas.
    "Ce qui est vécu" n'appartient à personne, il n'y a pas d'identification, cela apparaît simplement dans le champ de la conscience.
    La situation vécue est alors parfaite telle qu'elle est dans l'instant, il n'y a ni jugement ni refus de l'événement, ni aspiration à le changer.


    Vouloir changer ce qui est paraît alors aussi absurde que de vouloir changer la position d'une étoile ou la course d'un nuage en observant le ciel.

     

     





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique