•  
    Contexte : texte écrit en avril 2020 pendant la pandémie à coronavirus
     
     
    Une petite réflexion au sujet de ce texte mis en images qui circule sur les réseaux et qui rencontre beaucoup de succès : "Petit Corona discute avec Papa".
    J'entends bien qu'il tente de montrer l'aspect positif de cette pandémie et de cette situation de confinement - et l'idée de ne pas faire de ce virus un ennemi est belle-, mais j'avoue être un peu surprise que tant de personnes adhèrent à son contenu moralisateur et culpabilisant.
    Ce texte, comme les religions le font depuis des millénaires, véhicule une fausse notion du divin et entretient l'illusion de la séparation, avec ses corollaires le blâme et le mérite... Il désigne un coupable : l'homme et son égoïsme, et un sauveur : le virus, envoyé par Dieu pour rétablir l'équilibre sur Terre et donner une leçon à l'être humain.
    Il sépare donc le Créateur de sa Création et perpétue cette perspective selon laquelle il y a les humains auteurs de leurs actes indépendamment de l'ensemble (et pécheurs car imparfaits de surcroît) d'un côté, et la nature et la vie (l'ensemble donc) de l'autre. Tant de souffrance découle de cette perspective ! Il suffit de réfléchir deux secondes pour en voir l'absurdité, non ?
    Le créateur et la créature ne sont pas séparés, tout est Un, une seule et même force de vie prenant des formes infinies pour s'auto-expérimenter... L'être humain est tel que la nature l'a fait, sous tous ses aspects... Il en est une de ses multiples expressions, et en cela il est absolument parfait tel qu'il est. Tout ce qu'un individu humain produit comme acte est le fruit d'un ensemble de conditionnements et d'expériences qu'il n'a pas choisi et dont l'origine remonte au Big-bang (voire même avant ;) ).
    Et comme toute autre créature, l'homme est capable d'apprendre qu'en produisant tels actes, cela engendre telles conséquences, et qu'il est possible de faire autrement si ces conséquences sont délétères pour lui ou pour son espèce. Et un petit virus peut être créé dans ce but, pourquoi pas. C'est peut-être même l'intelligence collective humaine elle-même qui l'a créé. Le blâme n'est en aucune manière nécessaire, et ne fait que nourrir encore et toujours la croyance qu'il y a des victimes et des fautifs.
    C'est tellement évident, du point de vue de l'Unité, que rien n'est condamnable dans la manifestation, que tout n'est qu'expérience, expérimentation, danse des phénomènes...
    Quand une colonie de sauterelles dévaste des cultures et engendre la famine de toute une population, on ne juge pas les sauterelles pour leur égoïsme !
    Ainsi la Vie, le Divin, la Conscience universelle, Papa... n'a pas davantage de jugement sur l'homme, créature parmi les créatures, expérience parmi les expériences... Son regard est celui de l'Amour, pas du blâme. 




    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique