• L'expérience existentielle

    L'expérience existentielle

     

    Tout ce que nous vivons et tout ce qui existe dans le monde matériel, n'est que de l'expérience existentielle. La conscience est la matière première de l'univers.

    La conscience est dans tout. Elle est dans les êtres vivants et les objets inanimés, elle est dans les atomes, dans chaque particule de matière. Tout est de la conscience. Mais tout n'est pas conscient d'être de la conscience. Voilà un apparent paradoxe.
    La conscience pure n'est pas consciente d'elle -même. Pour cela, il faut qu'elle s'observe.
    La conscience pure ne s'observe pas elle-même, elle est seulement conscience d'être.
    Pas conscience d'être quelque chose, pas conscience d'être Dieu ou l'univers, pas conscience d'être de la conscience. Juste : conscience d'être.

    Ce qui anime l'atome est la conscience d'être. Ce qui donne forme à la matière, à l'expression de la conscience d'être, ce qui permet l'expérience existentielle, est l'observateur. Il faut un témoin, avec des sens et un système d'interprétation pour créer une expérience.
    Sans observateur, il n'y a qu'un océan infini d'énergie, de frémissement d'être.
    L'univers se crée au fur et à mesure que nous le découvrons.

    « L'éveil » pourrait être cela: la conscience qui prend conscience d'elle-même. La découverte de notre vraie nature ( la pure conscience d'être) engendre un phénomène unique : la conscience d'être se découvre, se conscientise. L'alchimie de la fusion de la conscience pure avec le témoin donne naissance à la reconnaissance de la conscience en tant que conscience. A travers ce « Je suis cela ! », la conscience prend conscience d'elle-même... La boucle est bouclée... L'expérience existentielle est totale.
    D'où bien souvent l'effet extatique qu'engendre le moment où l'on découvre ce que l'on est.
    Et l'on découvre que l'on a toujours su que nous étions cela, de la pure conscience, mais que nous n'en étions pas conscients.
    Nous n'étions pas conscients que nous le savions déjà.
    Encore un paradoxe... Encore un système ingénieux pour créer l'alchimie de la reconnaissance...

    Ce qui est magique, c'est qu'il semble qu'il n'y ait aucun « décideur », aucune intelligence créatrice de l'expérience. Le fait d'être engendre, par lui-même, l'expérience existentielle, car elle est simplement inévitable. Il n'y a pas de volonté derrière. C'est juste une sorte de loi, l'essence de l'Etreté. La pure conscience et l'expérience de la matière sont deux faces d'une même pièce. L'intelligence formidable que l'on observe dans la nature n'est pas issue d'un esprit omniscient qui aurait tout prévu pour que sa création fonctionne. Cette intelligence est une conséquence naturelle du fait d'être, c'est la main de l'amour de la conscience pour l'expérience existentielle, qui engendre tout naturellement la perfection de l'expérience.

    L'éveil de la conscience à elle-même pourrait bien sembler être le but de la manifestation. Mais c'est là encore un phénomène naturel, sans volonté derrière. Le fait d'être s'expérimente lui-même dans sa profondeur infinie. Il ne peut faire autrement, car c'est ce qu'il est.

    Et s'il n'y a pas de limite à cette profondeur, alors il n'y a pas de limite à la réalisation du Soi... Ce ne peut être un état que l'on atteint et qui n'évolue plus. Cela ne peut qu'aller de plus en plus loin dans les subtilités de l'expérience d'être.

     

     

     

    « Le même "je" que tout le mondeL'instant présent »