• Je suis fatigué de ma quête

    Je suis fatigué de ma quête

     

    Didier : Plus de trois semaines que je t'ai rencontrée…Pendant quelques jours, j'ai été renforcé dans ma quête, c'était (encore une fois) une période où des compréhensions semblaient se faire, avec une ouverture, une expansion spirituelle…. Puis comme d'habitude, tout s'est écroulé et je me dis que tout cela, les intuitions, la joie et l'espoir qu'elles suscitent, oui tout cela c'est du vent car aussi profond que cela paraît être sur le moment, il n'en reste très vite rien du tout. Quelle valeur donner à cela ?
    Alors, j'abandonne, et c'est doublement douloureux car je n'ai rien d'autre dans ma vie que cette recherche, rien d'autre pour " compenser "….Ce qui fait que je suis assis sur mon canapé comme un légume…22 ans et plus de quête pour être à moitié dépressif, pas mal non ?
    J'ai eu vraiment un très grand plaisir a te rencontrer, j'aurais beaucoup aimé te dire à bientôt, mais, vraiment, je suis fatigué de ma quête et de mon karma alors, je ne sais pas…Cette dernière phrase traduit comme un espoir, mais je pense qu'il me faut détruire tout espoir.


    Suyin : Je comprends. Accepte cette capitulation, ne cherche pas à la fuir. Reste avec ce qui est, rencontre cette impuissance. L'éveil ne dépend pas de ta volonté... Regarde ça bien en face... Y a-t-il un "moi" qui puisse s'éveiller ? Non.
    La vérité n'est pas que tu n'as aucun pouvoir de t'éveiller, mais que ce "moi" qui pourrait s'éveiller est une pensée, il n'a aucune réalité. Une pensée n'a pas de pouvoir, une pensée ne peut rien faire. Et tu n'es pas cette pensée...
    Observe tout ce qui te traverse, l'impuissance, le désespoir, les pensées qui disent " je n'ai rien d'autre dans ma vie que cette recherche" ; "22 ans et plus de quête pour être à moitié dépressif "... Observe tout cela simplement, ne laisse rien passer, mais ne prend rien pour vrai non plus... Ce ne sont que des pensées... Ce sont des pensées d'identification à celui qui cherche, mais tu n'es pas cela.
    Qu'est-ce qui observe ces pensées, cette impuissance ? Regarde dans cette direction. Regarde ce qui observe, ce qui regarde. Seul cela est réel.

     

    Didier : Mille merci pour ton mot ! Ta gentillesse a me répondre si vite me touche vraiment . Dans l'immédiat je laisse la mauvaise humeur qui m'anime se dissiper et je garde précieusement ton message pour y revenir ensuite dans de meilleures conditions...

    Suyin : J’en suis heureuse Didier, mais va jusqu’au bout de cette impuissance, de cette lassitude.
    Ne loupe pas le coche. Reste avec ce constat, avec l’évidence que l’éveil ne dépend ni de ta volonté, ni de tes efforts, car si c’était le cas, au bout de 22 ans il y aurait un résultat. Vois et ressens cela pleinement, sans chercher d'échappatoire. Tu es épuisé, alors stoppe tout et repose-toi. Stoppe toute recherche, tout mouvement vers l’avant, toute tentative, toute attente. Dans l’impuissance il y a quelque chose de très reposant, tu peux tout lâcher, là… Le mouvement de recherche est précisément ce qui détourne ton attention de ce qui est déjà là. Ce à quoi tu aspires est là depuis le début, comme si tu avais tes lunettes sur ton nez et que tu les cherchais partout… Alors arrête de chercher, constate ta totale impuissance, et reste avec le simple fait d’être, et d’être conscient d’être. Mets ton attention sur cela, sur le simple fait d’être conscient, indépendamment de tout état particulier, de toute circonstance, de toute définition, de tout concept, de toute idée au sujet de ce qu’est l’éveil. Il n’y a rien d’autre à trouver, et c’est là depuis toujours…