• Il n’y a pas de monde

    Il n’y a pas de monde

     

    Il n’y a pas de monde.

    Le monde que je connais est une possibilité de création.
    Aucun être ne perçoit ni n’interprète le monde exactement de la même manière qu’un autre.
    Nous vivons tous, tous les êtres vivants, dans un monde différent, unique pour chacun.
    Il existe une infinité de mondes, ou plus justement, une infinité de perceptions du monde.
    Comment pourrait-il y avoir un monde objectif ?

    Notre cerveau est un formidable outil de création de "réalités". C'est à dire de possibilités de manifestation d'un même matériau de base, l'énergie-conscience.
    Une même source, un même réservoir d’énergie infinie, à partir de laquelle de multiples formes peuvent émerger selon le filtre d'interprétation sensorielle qui la perçoit, et qu'elle – la conscience - utilise pour percevoir.
    La réalité n’existe pas. Tout, absolument tout est relatif.

    Depuis cette perspective, comment pourrait-il y avoir de jugement ? Aucun monde n’a plus de valeur qu’un autre, aucun n’est mieux qu’un autre. Chaque monde est simplement une variante de l’infini des possibles, et chacun est un miracle.

    Quand la notion de valeur s’écroule, un infini respect pour toute forme de vie et pour toute forme d’expérience la remplace.

     

     

    « La conscience n’est pas voiléeL'observation »