• "Ce qui est vécu"

    "Ce qui est vécu"

     

    Quand la perception, l'attention, se déplace de "quelqu'un qui vit quelque chose" à "ce qui est vécu", il n'y a plus de non à ce qui est, et il n'y a plus de manque de ce qui n'est pas.
    "Ce qui est vécu" n'appartient à personne, il n'y a pas d'identification, cela apparaît simplement dans le champ de la conscience.
    La situation vécue est alors parfaite telle qu'elle est dans l'instant, il n'y a ni jugement ni refus de l'événement, ni aspiration à le changer.


    Vouloir changer ce qui est paraît alors aussi absurde que de vouloir changer la position d'une étoile ou la course d'un nuage en observant le ciel.

     

     

    « La conscience aime êtreLa conscience n’est pas voilée »